Le 5 décembre 2011: Départ pour mon premier voyage

2
161
views

Il y a tout juste 5 ans, j’effectuais mon premier voyage. Mon premier voyage à l’étranger en dehors de mes voyages scolaires.

Il y a 5 ans jour pour jour je prenais l’avion pour la première fois.

Il y a 5 ans jour pour jour je partais aux Etats-Unis pour y vivre un an.

Il y a 5 ans je partais pour vivre une année qui allait changer ma vie sans même l’imaginer.

La décision de partir

Au cours de ma licence, j’ai regardé plusieurs fois les annonces d’emplois en France, et dans la majorité des cas, l’anglais courant était demandé. Sans l’envie de continuer mes études, et pas vraiment prête à me lancer dans la vie active, j’ai commencé à regarder les programmes qui permettaient d’améliorer son anglais en partant à l’étranger. Après avoir étudier de nombreuses possibilités et vu que le programme au pair permettait de vivre aux Etats-Unis, je me suis de plus en plus renseigner sur celui-ci que je vous avais déjà expliquer dans un précédent article. Le programme fille au pair me permettait de vivre aux Etats-Unis pendant une longue période, de découvrir la culture américaine au quotidien et de pratiquer l’anglais au quotidien.

Mon rêve de petite fille de vivre aux Etats-Unis a donc resurgi et c’est pourquoi je n’ai jamais renoncé à cette envie de partir dès qu’elle m’était revenue. Pendant à peu près 9 mois de préparatifs, je me suis totalement investie pour réaliser ce rêve et je suis allée jusqu’au bout de mon envie. Je n’ai jamais douté ou hésité à partir. J’étais totalement prête et décidée. J’avais eu l’opportunité de partir l’année précédente pour une année d’Erasmus, mais je n’étais pas suffisamment prête et motivée. Cette fois ci, c’était la bonne. Le bon moment, la bonne destination. Il fallait que je parte. J’ai donc rempli toutes les formalités, je suis allée à Paris toute seule pour mon rendez à l’ambassade pour le visa. Je n’ai pas eu peur au moment du départ, je ne me faisais pas d’idée toute faite sur ce que j’allais voir, sur comment ma famille allait m’accueillir, sur les possibilités que ça se passe mal… J’ai quitté l’indépendance de ma vie étudiante pour partager ma vie quotidienne avec une famille américaine que je n’avais jamais rencontré à part par écran interposé. Le 5 décembre 2011, à 21 ans, je partais. J’étais pleine d’enthousiasme et complétement surexcitée de vivre dans ce pays et en plus je n’avais aucune idée préconçue sur la ville de Chicago, l’endroit où j’allais réellement vivre.

Je n’aurais jamais imaginé une seule seconde tous les voyages que j’aurais pu faire, tous les magnifiques paysages que j’aurais pu admirer, mais surtout toutes les personnes formidables que je pouvais rencontrer.

 

voyage new york Noel

La peur de partir ? Jamais !

Durant mon expérience, différentes amies m’ont dit que j’avais eu beaucoup de courage de partir toute seule, de pouvoir quitter ma famille. J’ai jamais eu peur de quitter ma famille. Déjà, je savais que j’allais les revoir, c’était un voyage temporaire. De plus, étant la plus jeune de la famille, je faisais mes choix comme mes aînés : je partais vivre là ou je voulais vivre, quand j’en avais envie et avec qui je voulais. Mon frère et ma soeur avaient fait leur vie, s’était mis en couple comme ils le souhaitaient et avaient eu leurs enfants. De mon côté, je faisais ce qu’il me plaisait également, un nouveau projet qui s’offrait à moi et que j’allais accomplir seule. Je peux parfois comprendre que lorsqu’on est l’aîné, on a l’impression que sa fratrie a besoin de nous, qu’on doit les guider pour leur avenir. Mais pensez juste que plus tard, ils feront leur propre choix, et que chacun doit se réaliser de la manière qu’il lui semble le mieux. Parfois, quand je pensais à l’idée que j’avais « abandonné ma famille », je me disais juste que  j’apprenais aussi à vivre sans eux, à comprendre ce que je voulais dans la vie et à me réaliser.

Je n’ai pas trouvé cette année difficile à vivre. Certains partent vivre de grandes aventures : ils partent à sac à dos camper ou dormir dans des auberges de jeunesse dans lesquels ils restent simplement quelques jours avant d’en trouver une nouvelle dans une autre ville. De mon côté, j’avais tout le confort : ma propre chambre, ma propre salle de bain, mon propre dressing, une femme de ménage qui nettoie ma chambre toutes les semaines, une voiture avec sièges chauffants, le restaurant payé de temps en temps, et un salaire qui rentre tous les mois. J’avais beaucoup plus de confort que lors de ma vie étudiante et peut être plus que ce que je n’aurais un jour.  Mis à part que j’avais une sacré responsabilité: m’occuper d’un enfant de parents américains, ma vie personnelle était beaucoup plus simplifiée par tous ces à-cotés. De plus la culture américaine reste assez proche de la culture française contrairement à d’autres pays. Nous baignons dans la culture américaine par les films, la musique etc., ce n’était donc pas un gros choc culturel en vivant dans ce pays pour moi. Je n’avais également rien à perdre, je n’avais laissé aucun contrat de travail en partant. Si ça se passait mal, je savais que je n’aurais aucun regret, car j’étais allée au bout de mes envies. Si pour certains ou certaines j’ai eu beaucoup de courage d’accomplir la démarche de partir pour un an si loin, pour tout le confort que j’avais, et le peu que je laissais derrière moi je ne me suis jamais sentie comme étant une aventurière.

 

Néanmoins, même si on a un certains confort de vie on réapprend à vivre dans un tout nouvel environnement : personne ne nous connaît et on ne connaît rien à l’endroit où l’on vit et des personnes avec qui nous allons partager cette expérience. Il faut s’habituer à comprendre et parler une autre langue au quotidien, se bouger pour organiser le maximum de voyages, se faire un cercle d’amis en peu de temps, mais toutes ces choses nous aident à sortir de sa zone de confort et à se découvrir. Cette aventure n’était pas tous les jours très rose du fait d’être confrontée à un autre style d’éducation parentale, mais elle reste pour moi extraordinaire. J’ai eu la chance de rencontrer rapidement après mon arrivée à Chicago d’autres au pairs, françaises qui sont devenues aujourd’hui des amies proches et que je revois encore et notamment en Thaïlande. Les rencontres font énormément parties du voyage et même si j’ai fait de nombreux voyages et que j’avais une très belle vie dans ma famille d’accueil à Chicago, je sais que cette expérience reste inoubliable grâce aux rencontres que j’ai faites. J’ai vraiment eu une grande chance de pouvoir rencontrer des personnes avec qui je m’entendais aussi bien. Quand on est loin de sa famille et de ses proches, même si la distance n’est pas un problème pour soi, on se raccroche facilement aux moindres affinités que l’on peut avoir et certaines personnes peuvent vraiment devenir une deuxième famille. A la fin je me sentais d’ailleurs plus chez moi quand j’étais chez la famille d’accueil d’une de mes amies plutôt que dans ma propre famille d’accueil.

VOYAGE GRAN CANYON

Ce que ce voyage a changé

Sans m’être fait beaucoup de films à l’avance sur cette expérience : je n’avais pas prévu de voyager énormément en arrivant, je venais pour améliorer mon anglais, mais lorsque j’ai vu les possibilités de voyager qui s’offraient à moi, j’en ai profité et j’ai même voyagé 3 jours en solo à Miami lors de mes premiers mois, puis New York, San Francisco, The Gran Canyon, la Nouvelle Orléans... Cette année est maintenant derrière moi, mais elle a été un tournant dans ma vie et le début d’une grande passion, celle du voyage et d’un mode de vie lié à cette passion.  Quand certains pensent bébé et mariage ou achat d’un appartement, je suis plus à me demander quelle sera ma prochaine destination. Après cette expérience, découvrir de nouvelles cultures et de nouveaux paysages est devenu une de mes priorités. Lorsque je vivais en République Tchèque pendant un an après mon retour des USA, j’ai saisi toutes les opportunités que je pouvais pour voyager en Europe, je partais tous les mois dans un endroit différent, même avec un petit salaire. Mon année aux Etats-Unis m’a fait prendre conscience que je n’avais pas de frontières et que je pouvais aller partout où je souhaitais. Elle m’a permis d’avoir beaucoup plus confiance en moi également, en m’affirmant davantage en décidant où je voulais aller, ce que je voulais vraiment faire. Je m’écoute davantage pour planifier de nouveaux départs. Je ne voyage pas pour fuir mon quotidien, je voyage car je ne veux avoir aucun regret: je ne veux pas me dire à 80 ans que j’aurais du consacrer plus d’argent à voyager plutôt qu’à ma nouvelle garde robe ou à ma nouvelle déco. Je me laisse moins influencer par les apparences pour favoriser ce qui fera que je n’aurais aucun regret : le voyage.

J’espère que cet article vous aidera à oser prendre votre envol et à n’avoir aucun regrets. Et vous quel a été votre premier voyage ? A t-il changer votre manière de vivre ?

2 COMMENTS

  1. C’était en 2008 aux USA aussi, en solo (je n’étais jamais partie non plus, première fois en avion, etc…) : 1 mois à New York, je m’en souviendrai toute ma vie !
    Chicago j’y suis allée en 2014 j’ai adoré !!

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here